Archive by Author

Soutien à l’AFBN

par Jean-Yves CLAUDEL , Président du C.E.P.R.

Il y a maintenant 30 ans, à une époque où la France avait des yeux de Chimène uniquement tournés vers le «  tout TGV » et le « tout voiture », des Hommes et de Femmes se sont levés dans une démarche citoyenne pour défendre une idée engageante et essentielle d’avenir pour notre Territoire : « la ligne Lamballe-Dinan-Dol doit être maintenue, modernisée pour garantir une mobilité intra-territoire tout en permettant une ouverture la + directe possible vers la métropole rennaise».

L’AFBN était née !

Que d’énergie et de combats vous ont été nécessaires pour faire vivre cette idée de mobilité, jugée aujourd’hui, par chacun, si moderne et de traduise en actes concrets sur le terrain.

La crise de la COVID 19 modifie en profondeur les principes organisationnels des entreprises mais aussi les lignes et modes de vie de leurs acteurs.

Grâce à son attractivité naturelle, de formidables opportunités s’ouvrent à notre territoire….mais sans stratégie globale de MOBILITE, seul l’incertain continuera à frapper à notre porte.

Il n’y a pas de développement socio-économique durable d’un territoire sans l’existence d’un maillage, d’une irrigation des flux en son sein et de facteurs d’équilibre.

La ligne ferroviaire Lamballe-Dinan-Dol, ce cordon ombilical entre nos 2 départements, en est l’essence même – historiquement, dans notre quotidien – et elle se doit d’assurer une forte ouverture bilatérale vers la métropole rennaise, pour répondre à ces nouveaux enjeux.

Nous, Club des Entreprises du Pays de Rance (CEPR) – dont l’ADN de ses 200 adhérents représentant + de 5000 emplois est identité, bien-être, attractivité socio-économique du territoire – nous saluons votre formidable, courageuse et essentielle démarche citoyenne et sommes fiers de vous apporter notre soutien.

PLUS SUR JAMAIS, Ensemble pour notre Territoire, CONTINUONS, DEVELOPPONS et SUIVONS LA LIGNE…

Dinan le 4 octobre 2020

Quid du télé(vrai)travail ?

par Philippe Fourrier, gérant de l’agence Ilago

“Le monde d’après était plein de promesses, parmi lesquelles, nous en étions toutes et tous persuadé.es, celle de l’avènement du télétravail. Mis en place dans l’urgence par la majorité des entreprises, il a fait la preuve de son efficacité au cœur du confinement.

Mais qu’avons-nous alors réellement vécu ? Une période exceptionnelle, souvent synonyme de réduction très substantielle de la charge de travail impliquant le recours à de l’activité partielle. En résumé, nous avons expérimenté du télétravail avec moins de travail, sur des amplitudes horaires quotidiennes réduites. Mais qu’en sera-t-il dans la vie professionnelle normale ?

Tirons d’ores et déjà quelques enseignements post confinement :

  • Le télétravail s’est révélé rapidement opérant pour les fonctions tertiaires en période d’activité partielle et de charge de travail réduite.
  • Il nécessite que l’on dispose chez soi de conditions optimales pour se connecter (réseau), se positionner (mobilier) et se concentrer.
  • Il implique que l’on puisse se déplacer facilement avec son ordinateur (sauf à considérer un fonctionnement exclusif en télétravail).
  • Il interroge surtout sur le besoin en matière de relations humaines, à titre professionnel (partage d’infos, réunions impromptues) comme personnel.

Alors, comment installer aujourd’hui le télé(vrai)travail, c’est-à-dire une activité organisée totalement ou partiellement à domicile, en période de charge et sur des amplitudes horaires normales ?

Ecartons d’emblée ce que l’on pourrait appeler le télétravail « de confort », bien connu dans le monde d’avant, c’est-à-dire un dispositif permettant à certain.es de travailler une journée fixe chez soi, tout en ne changeant rien (ou pas grand-chose) aux habitudes.

Le télé(vrai)travail est à envisager comme une évolution globale, permettant de considérer différemment notre rapport à l’entreprise. Mais il pose de nombreuses questions, comme par exemple celles du maintien de postes de travail attribués et d’horaires fixes. Celle aussi, absolument centrale, de l’accueil des jeunes entrant dans la vie professionnelle. Allons-nous leur offrir des bureaux partiellement vides, des collègues de passage, des journées entières chez eux, isolé.es du collectif ?

Comment gérer le collectif, d’ailleurs, en situation de télétravail ? Mathieu Sakkas, directeur général corporate de l’agence Dragon Rouge, a évoqué récemment l’importance de « l’informel collectif ». Il s’inquiète de l’impact du télétravail sur l’innovation et la créativité au sein des entreprises : «  Oui, le travail à domicile nous permet de nous acquitter des tâches de manière plus efficace. Non, il ne permet pas de faire avancer une entreprise vers un objectif commun. Ce qui différencie une équipe de ses partenaires ou fournisseurs, c’est le fait que l’on œuvre ensemble à un but commun et que l’énergie d’un groupe est supérieure à la somme d’action de ses acteurs ».

Cela revient-il à enterrer l’aspiration au télétravail ? Certainement pas. Mais ces points d’interrogation sont là pour nous alerter. Instaurer le télé(vrai)travail devra être soigneusement mûri, dans le dialogue et le respect du ressenti intime de chacun.e. Dirigeant.es comme collaboratrices.teurs devront accepter de faire face à leurs propres contradictions, les deux systèmes comportant évidemment des points forts et des points faibles, souvent peu compatibles. Point de on/off, par conséquent, mais un processus à construire en prenant le temps qu’il mérite.”

Impri’Média Bretagne certifié Imprim’vert pour 2020

Impri’Média Bretagne a été à nouveau certifié pour ses actions environnementales par Imprim’vert, la marque des imprimeurs respectueux de l’environnement. Cette certification engage à :

• l’élimination conforme des déchets dangereux

• la sécurisation du stockage des liquides dangereux• la non utilisation de produit toxique

• la sensibilisation environnementale des salariés et clients

• le suivi des consommations énergétiques du site

“Le volet écologique nous paraît indispensable tout comme le volet sociétal, montrant notre implication sur le territoire. A travers le CEPR ou Made In Dinan, nous tâchons de valoriser notre “petit coin d’économie” en soutenant notamment des actions culturelles (jazz en place, théâtre en Rance, armor a son, esclaffades, art au fil de la Rance…), sportive (Open guindé, Cozigou…) ou sociale (secours populaire…)” explique le dirigeant Benoît Valegeas.

Reprise des activités du CEPR

Le Covid 19 nous a tous touchés de façon soudaine et imprévisible, impactant la vie de nos entreprises du territoire Emeraude. Dans cette période inédite d’incertitudes, nous avons su nous entraider, nous adapter et il est maintenant l’heure de rebondir.

Afin de parvenir ensemble à relancer l’activité des entreprises du territoire Emeraude, le CEPR initie de nouveaux partages de réflexions et d’expériences entre ses membres. Pour cela, le club prépare la reprise de moments de rencontre en présentiel et vous propose à ses membres ce programme pour les mois à venir :
• En juin : de rejoindre un projet pour construire ensemble le futur (voir détail ci-après),
• En juillet : de décompresser et échanger autour d’un cocktail dînatoire convivial
• En septembre : de profiter de l’expertise d’un professionnel du Club lors d’un prochain “Partage d’expert”.

Appel à candidature pour devenir chef de projets ou apporter votre expertise 

Notre club souhaite accompagner les entreprises à rebondir face à cette crise en lien avec les principaux acteurs économiques et s’engagent comme Dinan Agglomération, la CCI, la CMA, Zoopole. Parmi toutes les propositions de solutions formulées lors d’une réunion de travail conjointe du 8 juin, notre club va prendre en charge :
1. Le digital et la fibre,
2. La dynamique des clusters : énergie, industrie et tourisme,
3. L’accompagnement du dirigeant pour repenser son modèle économique


Rejoignez un de ces projets pour construire ensemble notre futur.


Pour en savoir plus, contacter Thierry Godest et Natacha Gaysinski par email.

Reprise des chantiers du BTP en toute sécurité

Afin d’accompagner au mieux la reprise des chantiers du BTP dans le département des Côtes d’Armor et rassurer les clients particuliers sur les mesures sanitaires mises en œuvre sur les différents chantiers dans le contexte du COVID-19, Madame la Sous-préfète de Dinan nous a transmis un document officiel du gouvernement allant pleinement dans ce sens.

Vous pourrez ainsi présenter ce document à vos clients particuliers afin de les rassurer sur la possibilité de réaliser des travaux chez eux.